fbpx
« L’accompagnement vers le retour au travail 101 »
Ressources et formations

« L’accompagnement vers le retour au travail 101 »

Vous avez le très noble privilège d’aider un travailleur à réintégrer le marché du travail à la suite d’une maladie, d’un accident de travail ou d’un incident de la route dont il a été victime? Plusieurs aspects doivent être envisagés afin d’y voir plus clair, d’intervenir efficacement et de contribuer au succès de la démarche.

Par accompagnement vers le retour au travail, nous faisons référence à la pertinence d’établir un plan structuré d’interventions et de suivis auprès du travailleur en collaboration avec les intervenants attitrés dans son processus de réintégration professionnelle. Outre votre expertise en orientation et en gestion de carrière, il devient stratégique de faire appel à votre sens politique, votre capacité à travailler en équipe et à votre intelligence émotionnelle.

Ces derniers deviennent de précieux alliés pour harmoniser la démarche dans le respect des champs d’expertise de chacun.

Négocier avec des spécialistes du domaine de la santé devient une fonction-clé et malgré votre forte capacité d’influence, il faut éviter de sous-estimer la « guerres de clochers » que peut susciter une ambiguïté de rôle chez les intervenants…

Voici certains aspects importants à considérer afin d’accompagner adéquatement le travailleur en voie de réintégrer le marché du travail :

  1. Vous informer des termes contractuels du contrat du tiers payeur pour connaître les limites financières et de programmes en vigueur (termes de couverture contractuelle). Une méconnaissance de ce qui est stipulé au contrat pourrait nuire à votre lien de confiance avec le tiers payeur puisque vous pourriez enfreindre les termes légaux et mal conseiller le travailleur. Une bonne conversation avec le client référant avant le début des interventions vous permettra d’identifier les attentes en matière de soutien vers le retour au travail, et bien définir les limites du mandat. Souhaitent-ils la coordination d’un retour au travail dans le poste pré-lésionnel? Une recherche de postes apparentés? La détermination d’emplois convenables pour l’imposition d’une autonomie financière suite au changement de définition de l’invalidité? Une exploration professionnelle pour cibler des alternatives de retour au travail (emploi adapté, recherche de stage, possibilité d’un retour aux études dans une courte formation, démarrage d’entreprise, etc.)? Un soutien à la recherche d’emploi? En somme, procéder à une bonne évaluation des besoins vous permettra de vous assurer que le travailleur soit bien dirigé.
  2. Vous assurer que le travailleur a consulté un médecin afin de clarifier le diagnostic, qu’il a été référé au bon spécialiste et intervenants en fonction de sa condition et qu’il reçoit ou est en processus de recevoir les traitements appropriés. Un bon suivi médical vous permettra d’avoir l’heure juste sur les incontournables psycho-sociaux-médicaux et d’arrimer vos interventions de façon à créer un retour au travail sécuritaire et durable. Clarifiez la nature des limitations ou restrictions des séquelles laissées par l’événement perturbateur de l’accident ou de la maladie. Sondez si elles sont de nature permanente ou temporaire avec les accommodements à prévoir pour compenser les manques à gagner, le cas échéant.
  3. Travailler en fonction d’une approche personnalisée et selon un modèle systémique en privilégiant des réseaux et intervenants susceptibles de contribuer à l’optimisation des capacités fonctionnelles du travailleur. Le conjoint ou la conjointe, les enfants, les amis, l’employeur et les autres acteurs faisant partie intégrante de la vie du travailleur peuvent également contribuer à son rétablissement.
  4. Être en mesure de travailler dans un contexte « émotif » tout en se distanciant des émotions pour mieux intervenir. Force est de constater que vous allez être confronté à des défis vécus par une clientèle aux prises avec des difficultés et handicaps de nature physique, organique, psychologique, sensorielle et cognitive. Certains parcours vous rendront empathiques, toucheront vos cordes sensibles, pendant que d’autres vous bouleverseront profondément. Chaque individu a sa propre histoire, son propre niveau de résilience et d’étapes franchies par rapport à son deuil.
  5. Identifier les capacités résiduelles, compétences transférables et les habiletés globales sur lesquelles miser pour favoriser le retour au travail du travailleur. Portez une attention particulière à ce qui le distingue et voyez comment vous pouvez mettre ses forces en valeur dans le cadre d’un nouvel emploi ou dans des tâches de travail particulières. Ouvrez-vous sur de nouvelles perspectives et possibilités de soutenir au niveau du développement de nouvelles compétences.
  6. Agir en transparence en adressant les préoccupations générales du travailleur et des objectifs entretenus aux intervenants impliqués au dossier. Lorsque le même objectif est porté par tous, il est plus facilement atteignable.
  7. Prendre du recul et communiquer régulièrement avec les parties impliquées afin d’évaluer ce qui peut saboter ou favoriser la démarche vers le retour au travail du travailleur. Assurez-vous que l’environnement de travail soit adéquat et respecte sa nouvelle réalité.
  8. Rester ouvert aux occasions afin de découvrir de nouvelles possibilités, de nouveaux intérêts et d’aider le travailleur à développer de nouvelles compétences au service du marché du travail.

Accompagner le travailleur vers le retour au travail et l’aider à trouver un sens professionnel est extrêmement gratifiant malgré le lot des défis rencontrés pendant la démarche de réintégration professionnelle. L’établissement d’objectifs clairs, la communication, le respect des interventions de chacun, les balises contractuelles, les suivis adaptés et surtout, une passion contagieuse pour le métier seront favorables au succès de la démarche.

Par Mélanie Grégoire, M. Sc., RVP

Mélanie Grégoire est co-propriétaire de la firme BrissonLegris. Elle est titulaire d’une maîtrise en sociologie spécialisée en réintégration professionnelle, certifiée RVP (Registered Vocational Professionnel). Elle compte plus de 20 ans d’expérience en réadaptation/réinsertion professionnelle et en gestion des invalidités. Elle est co-auteur de trois publications : Tracez votre destinée professionnelle – 2007 (Éditions UMD), À la santé de votre retour au travail – 2009 (Éditions UMD) et La Destination de l’emploi – 2013 (Création Brillo). Elle est actuellement membre du conseil d’administration de l’Association québécoise des professionnels du développement de carrière (AQPDDC).
×
Mélanie Grégoire est co-propriétaire de la firme BrissonLegris. Elle est titulaire d’une maîtrise en sociologie spécialisée en réintégration professionnelle, certifiée RVP (Registered Vocational Professionnel). Elle compte plus de 20 ans d’expérience en réadaptation/réinsertion professionnelle et en gestion des invalidités. Elle est co-auteur de trois publications : Tracez votre destinée professionnelle – 2007 (Éditions UMD), À la santé de votre retour au travail – 2009 (Éditions UMD) et La Destination de l’emploi – 2013 (Création Brillo). Elle est actuellement membre du conseil d’administration de l’Association québécoise des professionnels du développement de carrière (AQPDDC).
Latest Posts
  • « L’accompagnement vers le retour au travail 101 »
  • La réintégration professionnelle au travail : une solution à la pénurie de main-d’œuvre au Québec!
  • Des voies durables à la réintégration professionnelle