fbpx
Comment aider les employés ayant un trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH) à exprimer par écrit leurs idées pour mieux structurer leur pensée?
Ressources et formations

Comment aider les employés ayant un TDAH à exprimer par écrit leurs idées?

Si certains ont pu développer au cours de leurs études la capacité de s’exprimer clairement par écrit, ce n’est pas le cas de tous. Les personnes ayant un TDAH ont parfois de la difficulté à faire valoir leurs idées, car elles veulent exprimer plusieurs choses au même instant. Le plan lors d’une rédaction écrite pourrait inspirer la manière de délimiter les idées pour mieux structurer la pensée et la communication écrite ou orale par la suite. 

7 étapes rédiger clairement

« On ne se lance pas dans la construction d’une maison sans avoir établi ou fait établir un plan ni sans avoir calculé la quantité de matériaux nécessaires.  Il en est de même pour la rédaction d’une lettre […] » ¹ 

« Qu’il rédige une œuvre poétique, dramatique, narrative ou un essai, un locuteur peut décider de raconter une histoire (discours narratif), de défendre une idée au moyen d’arguments (discours argumentatif), d’interpeller le destinataire (discours explicatif). Ces différentes manières de présenter ou de développer une idée constituent ce qu’on appelle les « procédés d’organisation du discours ». Le choix du discours dépend du but que le locuteur poursuit dans son œuvre, de la personne à qui il s’adresse et du message qu’il veut véhiculer. » ²


Le processus d’écriture peut se révéler complexe pour certains adultes ayant un TDAH malgré toutes les compétences acquises et leur parcours professionnel.

Il est important de rappeler la nécessité de morceler la pensée pour mieux la structurer et ainsi utiliser cette méthode à des fins de représentation, d’explication ou de gestion de projets.

Tout d’abord : La planification | La préparation! 

Se situer et situer le contexte. Il faut se poser les questions suivantes : 

                                • Le ou la destinataire : À qui voulons-nous nous adresser? 
                                • Quelle est l’intention de communication? Quels sont les objectifs? : Informer, convaincre, décrire, revendiquer, etc. 
                                • Quel est le niveau de langue? : Populaire, familier, standard, soutenu, technique, etc. 

Ajuster le discours en fonction du rôle, des destinataires, des objectifs, du véhicule de communication, du niveau de langue, des contraintes de temps et du nombre de mots… 

Ensuite : Le remue-méninges! 

Il est important de bien cerner le sujet, de « brasser » les idées : 

    • Jeter ses idées sur papier. 
    • Organiser les idées, puis les phrases et les paragraphes. 
    • Planifier la structure du texte. 
    • Établir des liens entre les phrases et entre les paragraphes à l’aide de charnières/marqueurs de texte/termes d’articulation du discours. 

Enfin : La rédaction! 

Il est essentiel de répondre à certaines questions de base : Qui? – Quoi? – Où? – Quand? – Comment? – Pourquoi? 

L’introduction : Elle représente environ 10 % de la longueur du texte et doit donner au lecteur l’envie de continuer la lecture. 

    • Mener le sujet : d’où vient-il? pourquoi s’y intéresser? 
    • Poser le sujet : de quoi va-t-on parler et avec quel point de vue? 
    • Diviser le sujet : quel sera le plan? 

Le développement : Il est le cœur de ce texte. Il doit répondre à des questions prioritaires. 

    • Quels sont les messages essentiels? Quelles sont les idées principales?
    • Qu’est-ce qu’on veut dire dans ces messages essentiels? Quelles sont les idées secondaires?

Chaque paragraphe doit contenir une idée principale illustrée par des idées secondaires et établir des liens entre les phrases et entre les paragraphes à l’aide de marqueurs de relation (de plus, toutefois, en revanche, etc.). 

La conclusion :  

    • Quelles sont les intentions du texte? 
    • Quels sont les questions et les arguments qui ont été soulevés? 
    • Quelles sont les nouvelles perspectives? 

La conclusion doit amener le lecteur à poursuivre sa réflexion. 

Ne pas oublier :La révision / L’autocorrection!

    • Relire à voix haute. 
    • Respecter la cohérence textuelle. 
    • Corriger les mots et les phrases – prêter une attention particulière aux erreurs récurrentes. 
    • Maintenir le ton, tout au long du texte. 
    • Penser continuellement au destinataire (qui lira ce texte?) 
    • Viser la clarté, la précision et la concision. 
    • Éviter la redondance. 

Chaque paragraphe du développement constitue le cœur du texte (et, par le fait même, la pensée de celui qui désire s’exprimer). Il doit contenir une idée principale (le message essentiel) et des idées secondaires pour illustrer ce message essentiel. Il est comme le sous-titre du paragraphe. 

Éviter deux éléments importants : 

    • les exemples personnels et les détails non pertinents; 
    • la répétition des mêmes mots et idées. 

Par cette procédure, les idées seront plus claires pour la personne voulant s’améliorer quant à la communication de ses attentes ou de ses intentions, tant dans sa vie personnelle que dans sa vie professionnelle. Les employés ayant un TDAH pourront être particulièrement interpellés s’ils se sentent considérés dans l’application de ces diverses étapes. Celles-ci pourraient être mises en valeur lors d’un atelier de communication efficace entre employés ou envers les clients, lors de la gestion de conflits ou de la rédaction. Ainsi l’activité proposée se fera en groupe et ne ciblera pas spécifiquement une personne, et elle valorisera l’approche incluse également. 

 

Références 

¹ CLAS, André, et Paul A. HORGUELIN. Le français, langue des affaires, 3e édition, Montréal-Toronto, Chenelière/McGraw-Hill, 1991, p. 62 

² GAGNON, A., C. PERRAULT et H. MAISONNEUVE, Guide des procédés d’écriture, Éditions du renouveau pédagogique inc. Saint-Laurent, 2007, p. 65 

Forte d’une expérience professionnelle diversifiée relative au monde de l’éducation et à la réussite scolaire, Sara Savoie est conseillère d’orientation (M.Ed. 2003) et orthopédagogue (M.A. 2007). Bachelière en psychologie, elle s’est toujours intéressée à la prévention et à l’intervention auprès des élèves à risque. Elle propose actuellement des suivis scolaires à distance pour les élèves du secondaire et du post-secondaire de toute la province afin d’améliorer leur motivation et leur réussite scolaire lors de leurs études à distance en contexte de pandémie.
×
Forte d’une expérience professionnelle diversifiée relative au monde de l’éducation et à la réussite scolaire, Sara Savoie est conseillère d’orientation (M.Ed. 2003) et orthopédagogue (M.A. 2007). Bachelière en psychologie, elle s’est toujours intéressée à la prévention et à l’intervention auprès des élèves à risque. Elle propose actuellement des suivis scolaires à distance pour les élèves du secondaire et du post-secondaire de toute la province afin d’améliorer leur motivation et leur réussite scolaire lors de leurs études à distance en contexte de pandémie.
Latest Posts
  • Comment aider les employés ayant un trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH) à exprimer par écrit leurs idées pour mieux structurer leur pensée?
  • L'incidence de la COVID-19 sur un projet de retour aux études