L'importance de l'acceptation face au changement (Partie 2)
Marché du travail

L’importance de l’acceptation face au changement (Partie 2)

Dans la continuité du premier article qui abordait le rôle et les limites liées à notre besoin de contrôle sur nos trajectoires de vie (professionnelles), cette seconde partie présente la notion d’acceptation comme levier utile pour sortir de cet « agenda du contrôle », et de manière à réaligner nos vies professionnelles en phase avec nos valeurs.   

La notion d’acceptation 

Sur le plan des interventions, l’ACT (approche d’acceptation et d’engagement) propose donc de cultiver prioritairement l’acceptation. Par exemple, l’individu apprend à détecter et à accueillir ses pensées et émotions douloureuses, sans les juger, dans le but de réduire ainsi ses tentatives d’échappement et d’évitement. En termes pratiques, il s’agit simplement de l’amener à prendre conscience du fait que le contrôle de ses pensées et émotions constitue (et contrairement à ce qu’il croit et fait jusque-là) non pas la solution, mais davantage le problème. Par exemple, la métaphore des sables mouvants illustre un tel élargissement :

le paradoxe quand on est pris dans des sables mouvants est que pour pouvoir en sortir, il faut arrêter de bouger, de lutter, de se débattre, mais il faut plutôt s’allonger pour cesser de s’enfoncer (Hayes et al, 2012).  

Une autre manière d’introduire cette position de l’acceptation est de présenter la métaphore de l’interrupteur. Cette métaphore est tirée du guide des ateliers Oreka. Elle consiste à inviter la personne aux prises avec ses difficultés, par exemple sur le plan professionnel, à fermer les yeux et à se laisser guider par les instructions suivantes (Oreka, 2020) : « Imaginons que tout au fond de notre boîte crânienne, il y a un interrupteur, similaire à ceux que nous avons à la maison pour allumer ou éteindre la lumière… Cet interrupteur, c’est celui de la lutte… lorsqu’il est ouvert, on se met à lutter contre toutes sortes de pensées, d’émotions ou de sensations. On fait tout ce que l’on peut pour éliminer ou éviter ces expériences désagréables. » « Prenons quelques instants pour revisiter une situation vécue récemment où notre interrupteur de la lutte était ouvert face à notre situation difficile sur le plan professionnel ou à l’égard de nos études. Choisissons une situation que nous avons envie d’explorer, une situation qui s’impose spontanément à nous (p.ex., un conflit avec un collègue, une discussion difficile au travail, un différend avec son patron, la frustration de ne pas pouvoir trouver un emploi qui nous convienne ou de faire quelque chose d’important pour nous, comme de ne pas parvenir à sortir de notre état d’indécision par rapport à notre choix de métier ou de cours). Prenons le temps de bien imaginer la scène, de prendre conscience de l’endroit où nous sommes, des gens (peut-être) autour de nous, de l’expression sur notre visage… Que fait-on concrètement dans cette scène? Quelle forme prend notre lutte? On crie, on se justifie, on s’isole, on s’apitoie sur notre sort, on interrompt brutalement ce qu’on était en train de faire? On critique la personne ou le conseiller qui nous aide dans notre orientation ou notre recherche d’emploi? On attend que celui-ci trouve les solutions à notre place ? Comment s’exprime notre lutte? Et puis, contre quelles pensées, émotions ou sensations se débat-on au juste? De quoi est constituée notre expérience lorsque nous sommes en mode lutte? »  

L’acceptation n’a rien de passif. Il s’agit d’un choix qui est sans cesse à renouveler (Oreka, 2020).
« Imaginons maintenant vivre la même situation difficile, mais différemment, sans que l’interrupteur ne soit ouvert… Imaginons la même situation, mais dans laquelle nous arrivons à faire un peu de place à l’inconfort, sans chercher à le changer ou l’éliminer. L’expérience est désagréable, mais on arrive à l’accueillir… On ne lutte pas… On observe, simplement. Si l’exercice est difficile, désagréable, on peut toujours revenir au souffle. Essayons de respirer en présence des pensées, des émotions et des sensations désagréables liées à cette situation difficile… Essayons de demeurer quelques instants avec l’inconfort tout en respectant nos limites… Peut-être remarquerons-nous notre désir de changer cette situation, son déroulement ou son dénouement… Peut-être remarquerons-nous de la résistance à cette façon de faire, de la critique ou du jugement… Peu importe, explorons avec ouverture et curiosité une autre manière de vivre cette situation tout en continuant à respirer normalement. Remarquons qu’il y a à l’intérieur de l’espace pour accueillir cette situation difficile… Revenons tranquillement à notre respiration… et lorsque nous sommes prêts, nous pouvons rouvrir les yeux. » 

Par la suite, les thèmes d’échanges suivants peuvent être abordés : « Est-ce que vous avez noté des différences entre la manière dont vous avez fait face à votre situation difficile et celle que nous avons expérimentée ensemble? Si oui, lesquelles? (Ramenez toujours à l’expérience de la personne.) Qu’est-ce qui change au juste lorsque notre interrupteur de la lutte est éteint? » « Qu’est-ce que ça change de faire de la place à la souffrance, l’accueillir plutôt que la contrôler ou la chasser? Est-ce qu’il est possible de faire un tout petit peu plus de place aux expériences difficiles associées à notre situation difficile? » Finalement, il est possible de rappeler que cette notion d’acceptation entraîne une expérience différente de celle de la lutte (p.ex., relâchement, ouverture, contentement, paix, etc.). Face aux pensées et aux émotions inconfortables qui nous envahissent lorsque nous faisons face à une situation difficile, par exemple à l’égard de notre recherche d’un emploi ou lors de notre démarche de réorientation de carrière, nous avons sans cesse le choix entre ces deux mouvements : nous pouvons opter pour la résistance, la lutte, ou plutôt l’accueil, l’ouverture, la connexion. L’acceptation n’a rien de passif. Il s’agit d’un choix qui est sans cesse à renouveler (Oreka, 2020).   

* Dans le but d’alléger le texte et d’en faciliter la lecture, le générique masculin est utilisé comme genre neutre.  

 

Références 

Berzonsky, M. D. (1988). « Self-theorists, identity status, and social cognition. » Dans D. K. Lapsley & F. C. Power (Eds.), Self, ego, and identity: Integrative approaches (pp. 243-262). New York: Springer. 

Butler, Jodie, et Joseph Ciarrochi. « Psychological acceptance and quality of life in the elderly. » Quality of life Research 16.4 (2007): 607-615. 

Courty, B., Bouisson, J., Compagnone, P. (2004). « Risque d’épuisement professionnel chez les soignants en gériatrie: une approche centrée sur la personne ». Psychologie & Neuropsychiatrie du vieillissement, 2(3), 215-224 

Dubois, Nicole, et Jacques Philippe Leyens. La norme d’internalité et le libéralisme. Presses universitaires de Grenoble, 1994. 

Ford, B. Q., Lam, P., John, O. P., & Mauss, I. B. (2018). « The psychological health benefits of accepting negative emotions and thoughts: Laboratory, diary, and longitudinal evidence. » Journal of personality and social psychology, 115(6), 1075. 

Hayes, Steven C., Jacqueline Pistorello, et Michael E. Levin. « Acceptance and commitment therapy as a unified model of behavior change. » The Counseling Psychologist 40.7 (2012): 976-1002. 

Langer, Ellen J., et Robert P. Abelson. The psychology of control. SAGE Publications, Incorporated, 1983. 

Lazarus, R. S., Folkman, S. (1987). « Transactional theory and research on emotions and coping ». European Journal of personality, 1(3), 141-169. 

Lhuillier, D. (2006). « Compétences émotionnelles: de la proscription à la prescription des émotions au travail ». Psychologie du travail et des organisations, 12(2), 91-103. 

Maier, S. F., Seligman, M. E. (1976). « Learned helplessness: Theory and evidence ». Journal of experimental psychology: general, 105(1), 3. 

Martin-Krumm, Charles, et Cyril Tarquinio. « L’optimisme: simple confiance en l’avenir ou stratégie? Quelle réalité ». Traité de psychologie positive: fondements théoriques et implications pratiques. De Boeck, Bruxelles (2011): 201-232. 

Monestès, J. L., Villatte, M., Mouras, H., Loas, G., Bond, F. W. (2009). Traduction et validation françaises du questionnaire d’acceptation et d’action (AAQ-II). European review of applied psychology, 59(4), 301-308. 

Monestès, Jean-Louis, et Matthieu Villatte. La thérapie d’acceptation et d’engagement. Elsevier Masson, 201 

Wolgast, M., Lundh, L. G., Viborg, G. (2011). « Cognitive reappraisal and acceptance: An experimental comparison of two emotion regulation strategies ». Behaviour research and therapy, 49(12), 858-866. 

Piaget, J. (1956). Les stades du développement intellectuel de l’enfant et de l’adolescent. PUF. 

Shallcross, A. J., Troy, A. S., Boland, M., Mauss, I. B. (2010). « Let it be: Accepting negative emotional experiences predicts decreased negative affect and depressive symptoms ». Behaviour Research and Therapy, 48(9), 921-929. 

Wallston, K. A., Wallston, B. S., Smith, S., Dobbins, C. J. (1987). « Perceived control and health ». Current Psychology, 6(1), 5-25. 

Wegner, Daniel M., et Ralph Erber. « The hyperaccessibility of suppressed thoughts ». Journal of personality and social psychology 63.6 (1992): 903. 

Wilson, Kelly G., et Amy R. Murrell. « Values work in acceptance and commitment therapy ». Mindfulness and acceptance: Expanding the cognitive-behavioral tradition (2004): 120-151. 

Après un MBA et plusieurs années passées dans des organisations en tant que gestionnaire et au développement d’affaires, Frédéric Piot a décidé de réorienter sa carrière dans le domaine de la relation d’aide en devenant conseiller d’orientation, profession qu’il exerce aujourd’hui dans le cadre d’une pratique privée. Frédéric s’intéresse particulièrement aux effets de la thérapie d’acceptation et d’engagement (ACT) combinée à d’autres approches issues de la psychologie positive auprès d’individus qui sont confrontés à une impasse sur le plan professionnel.
×
Après un MBA et plusieurs années passées dans des organisations en tant que gestionnaire et au développement d’affaires, Frédéric Piot a décidé de réorienter sa carrière dans le domaine de la relation d’aide en devenant conseiller d’orientation, profession qu’il exerce aujourd’hui dans le cadre d’une pratique privée. Frédéric s’intéresse particulièrement aux effets de la thérapie d’acceptation et d’engagement (ACT) combinée à d’autres approches issues de la psychologie positive auprès d’individus qui sont confrontés à une impasse sur le plan professionnel.
Latest Posts
  • L'importance de l'acceptation face au changement (Partie 2)
  • L’importance de l’acceptation face au changement
  • Comment bien préparer sa réorientation de carrière
  • L’approche d’acceptation et d’engagement : une alliée précieuse pour redonner du sens à nos vies professionnelles