fbpx
Pourquoi parler d'orientation à la retraite
Marché du travail

Pourquoi parler d’orientation à la retraite – Partie 1

302vues

Si les questionnements liés à l’orientation sont considérés importants chez les adolescents, les jeunes adultes et les adultes, leur importance est souvent sous-estimée pour les gens en fin de carrière et à la retraite. Pourtant, on parle amplement de planification financière de la retraite, mais bien peu de planification en termes de besoins sociaux et psychologiques. La tendance est plutôt à idéaliser la retraite comme une vie de rêve et de liberté. L’envergure du changement de vie n’en est pas moins significative et on peut observer près du tiers des retraités qui y vivent des insatisfactions. Voici dans un premier temps des éléments à prendre en considération face à l’orientation à la retraite. Dans un deuxième article, “Comment parler d’orientation à la retraite”, des stratégies d’intervention seront abordées.

Espérance de vie

Débutons avec quelques chiffres. Selon les données de 2017 de Statistique Canada (2019)1, l’espérance de vie actuelle est de 79,9 ans chez les hommes et de 84 ans chez les femmes. Puisque ces statistiques sont influencées par le nombre de décès chez les jeunes, si l’on se base sur les taux de mortalité des Canadiens âgés de 55 à 89 ans entre 2016 et 2017, l’espérance de vie à 65 ans atteint 19,3 ans pour les hommes (soit 84,3 ans) et 22,1 ans pour les femmes (soit 87,1 ans).

Ces chiffres nous démontrent que de nos jours, les gens vivent encore bien des années lorsqu’ils deviennent admissibles à la retraite entre 55 et 65 ans. Pour certains, il peut y avoir encore plus de temps devant eux que la durée de leur carrière. Les moyennes pouvant être dépassées, prenons l’exemple d’une personne travaillant depuis l’âge de 20 ans dans une organisation, admissible à la retraite à 55 ans et qui vit jusqu’à 95 ans. Cette personne vit encore 40 ans après ses 35 ans de service (période fréquemment reconnue pour l’admissibilité à la retraite). Cette perspective démontre une pertinence à planifier ce temps comme on a pu planifier notre entrée sur le marché de l’emploi.

Étapes de la fin de carrière et de la retraite

Voyons maintenant ce qu’en disent les spécialistes du domaine de l’orientation et de la psychologie. La perspective de développement de carrière demeure pertinente au regard de la retraite. En effet, depuis quelques années, la retraite ne peut plus être considérée comme une finalité, mais plutôt comme un processus. Ce qui est observé de plus en plus est la multiplicité de façons de gérer sa fin de carrière et sa retraite sur des bases bien individuelles.

En se basant sur les études de plusieurs chercheurs, Deschamps (2017)2 explique qu’à 66 ans et plus, les hommes et les femmes ont tendance à rechercher un sentiment d’intégrité et d’accomplissement avec des questions fondamentales sur leur niveau de satisfaction face à leur vie. Les sources et les niveaux de satisfaction et d’insatisfaction pouvant varier beaucoup d’un individu à l’autre, elle recommande un accompagnement amenant l’individu à une réflexion personnelle, libre du jugement des autres.

La même auteure, relatant les stades de carrière, réfère au désengagement (ou déclin) vécu plus souvent à partir de l’âge de 66 ans. Elle-même préfère y référer en tant que stade de décélération (p. 152). Quel que soit le nom qu’on lui donne, ce stade de carrière fait référence à un souhait de l’individu de ralentir la cadence de travail pour se centrer davantage sur ses champs d’intérêt, ses capacités, son image de travailleur, ainsi qu’aux relations entre les activités reliées ou non au travail.

Au cours de la retraite, Hétu (1994) parle dans le livre “Psychologie du vieillissement” d’une période de désenchantement où plusieurs individus vivent des déceptions face à leur retraite, surtout lorsqu’ils avaient des attentes non réalistes. L’individu voit maintenant les inconvénients de la retraite et vit même plus intensément son deuil du travail. Cette étape, si elle est bien vécue, mène aux réorientations et à la recherche de nouvelles sources de satisfaction. Sinon, l’individu perpétue son désenchantement et son insatisfaction.

L’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes (ESCC)3 de Statistique Canada permet d’illustrer ces étapes en exposant que les “travailleurs âgés” ne constituent pas un groupe homogène et en décrivant 4 situations de retraite différentes. Les 4 situations que voici varient selon des caractéristiques socioéconomiques, professionnelles et de santé :

  1. Personnes de 55 ans et plus n’ayant jamais pris leur retraite (encore dans la population active)
  2. Semi-retraités (à 70 % travaillant à temps partiel et à 40 % étant travailleurs autonomes)
  3. Retraités
  4. Retraités de retour dans la population active

Le taux d’activité influencé par ces situations ressort dans une autre étude de Statistique Canada (2017)4. Il y appert que le taux d’activité des personnes de 55 ans et plus a considérablement augmenté depuis le début du siècle, passant de 24 % en 1996 à 38 % en 2016. En cohérence avec les caractéristiques socioéconomiques, professionnelles et de santé mentionnées ci-haut comme influant les situations de retraite, la présente étude souligne que plusieurs facteurs ont pu contribuer à cette hausse. Il s’agit du niveau de scolarité comme nous le verrons plus loin, mais aussi le “patrimoine financier, la rémunération horaire, les occasions d’emploi sur le marché du travail et la santé”.

Conclusion

En tant que spécialiste de la relation individu-travail-formation, les conseillers d’orientation ont leur pertinence dans la planification de la fin de carrière et de la retraite. Un accompagnement à travers les différentes étapes qui peuvent y être vécues peut permettre à l’individu de clarifier ses besoins et ses sources de satisfaction et d’insatisfaction dans sa vie. La démarche vise alors à amener la personne à redonner un sens à son quotidien et à en tirer une meilleure satisfaction. Les impacts personnels et sociaux peuvent être grands. Dans la prochaine partie, nous nous pencherons sur des façons d’aborder la démarche d’orientation en fin de carrière et à la retraite.

 

Bibliographie

[1] Statistique Canada (2019). Variation de l’espérance de vie selon certaines causes de décès, 2017.  (En ligne) https://www150.statcan.gc.ca/n1/fr/daily-quotidien/190530/dq190530d-fra.pdf?st=809AIF2w

[2] Deschamps, M. (2017). Planifier sa retraite ou sa relève… ça ne fait pas mourir! Les Éditions Un monde différent ltée, Brossard.

[3] Statistique Canada (2017). Retraite, santé et emploi chez les personnes de 55 ans et plus. (En ligne) https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/75-001-x/2011001/article/11402-fra.htm#a9

[4] Statistique Canada (2017). Regards sur la société canadienne – L’incidence du vieillissement de la population sur les taux d’activité du marché du travail.  (En ligne) https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/75-006-x/2017001/article/14826-fra.htm

Conseillère d’orientation (c.o.), Geneviève Gagné offre des services à des personnes de tous âges, ainsi qu’aux organisations. Elle a à cœur d’aider les gens à retrouver un sens à ce qu’ils font et du plaisir à le faire, dans des types d’occupation variés. Le développement de carrière, les transitions et la retraite font partie de ses préoccupations professionnelles. En plus de l’orientation, son expérience touche la gestion des ressources humaines, le développement des compétences et la gestion de programmes en éducation autochtone. Elle a travaillé plusieurs années dans la fonction publique, puis au privé.
×
Conseillère d’orientation (c.o.), Geneviève Gagné offre des services à des personnes de tous âges, ainsi qu’aux organisations. Elle a à cœur d’aider les gens à retrouver un sens à ce qu’ils font et du plaisir à le faire, dans des types d’occupation variés. Le développement de carrière, les transitions et la retraite font partie de ses préoccupations professionnelles. En plus de l’orientation, son expérience touche la gestion des ressources humaines, le développement des compétences et la gestion de programmes en éducation autochtone. Elle a travaillé plusieurs années dans la fonction publique, puis au privé.
Latest Posts
  • Pourquoi parler d'orientation à la retraite