fbpx
Soutenir les athlètes dans leur choix de carrière
Ressources et formations

Soutenir les athlètes dans leur choix de carrière

Dès leur jeune âge, les athlètes sont souvent très encadrés par différents acteurs du milieu sportif pour tenter d’optimiser la performance dans le sport. Sachant que la participation éventuelle ou actuelle aux compétitions demande un grand investissement en temps et en énergie de la part des athlètes, il est essentiel de développer une bonne discipline et d’apprendre à gérer son horaire adéquatement. Ayant de grandes aspirations sportives, les athlètes font donc appel aux connaissances de personnes plus expérimentées pour se rapprocher tranquillement de leur but. Qu’il s’agisse des parents, des entraîneurs, des physiothérapeutes, des préparateurs physiques ou de tout autre intervenant direct, ceux-ci jouent un rôle-conseil pouvant influencer les décisions que prendront les athlètes, tant dans la sphère sportive que dans la sphère scolaire. L’encadrement et le développement de l’autonomie décisionnelle en ce qui a trait au choix de programme de l’athlète ainsi que pour son cheminement professionnel sont donc essentiels. Il arrive trop souvent que les athlètes soient bien encadrés dans tout ce qui touche directement à la performance sportive, alors qu’ils sont laissés à eux-mêmes en ce qui a trait aux choix professionnels qu’ils devront faire tôt ou tard dans leur vie. Voici donc quelques conseils pour soutenir les athlètes dans leur choix de carrière en dehors du sport :

Ouvrir la discussion sur les études et l’après-carrière sportive

Il est important, dans un premier temps, de permettre à l’athlète de s’exprimer sur ses champs d’intérêt, ses motivations et ses inquiétudes pour ainsi entamer un processus de réflexion sur son avenir professionnel.
Il est fort possible que celui-ci ne se soit jamais posé de questions par rapport à son avenir, ou sur les motivations qui ont dirigé ses choix scolaires. Ce phénomène est très fréquent, puisqu’il peut être inhabituel pour l’athlète de prendre des décisions par lui-même, en raison de l’encadrement qu’il a connu depuis un jeune âge. De plus, le sujet de l’après-carrière sportive n’est pas naturellement abordé dans les institutions sportives qui considèrent ne pas avoir un rôle important à jouer dans le choix de carrière. Un autre élément à considérer serait le degré d’identification de la personne par rapport à son rôle d’athlète. Plus ce dernier investira de temps et d’énergie dans la sphère sportive, moins il aura tendance à se préoccuper de la fin inévitable de sa pratique au niveau compétitif. C’est pourquoi il peut être vraiment bénéfique de simplement amorcer une réflexion sur l’avenir professionnel et d’offrir un encadrement en dehors du sport.

Explorer les expériences passées ou présentes

Il est possible de faire ressortir des motivations, des intérêts, des non-intérêts et des modes de fonctionnement en allant explorer différentes expériences vécues par l’athlète. À travers les emplois, les cours à l’école, les loisirs, le cercle social et le sport pratiqué, il est possible de voir des ressemblances dans les choix de la personne. À titre d’exemple, si l’athlète est motivé par les compétitions et la victoire dans son sport, il aurait avantage à rechercher un emploi où le dépassement de soi et l’atteinte de buts sont une priorité.

Le fait d’avoir aimé ou de ne pas avoir aimé une expérience passée ou actuelle peut également nous aider à reproduire ou à ne pas reproduire certains éléments dans l’avenir.

C’est pourquoi il est important d’être le plus spécifique possible dans l’identification des causes de satisfactions et d’insatisfactions dans une expérience. Par exemple, si l’athlète mentionne ne pas avoir aimé travailler avec un professeur qui était trop strict dans sa manière de procéder, il aurait avantage à chercher un environnement de travail qui lui permettra plus de flexibilité dans le mode de fonctionnement. En prenant le temps de faire cet exercice avec le plus d’expériences vécues possible, nous aurons un bon lot d’information pour tenter de prendre une décision plus éclairée quant à son avenir professionnel. Cela amène également l’athlète à prendre du recul sur son vécu pour avoir conscience de ce qui l’intéresse et le motive davantage.

Faire ressortir les valeurs importantes

Dans un même ordre d’idées, il sera important pour l’athlète de se pencher sur la question de ce qui compte vraiment pour lui, permettant ainsi de se créer une base identitaire et d’avoir une ligne directrice pour la prise de décisions. Les valeurs mettent en évidence les éléments sur lesquels une personne ne peut pas faire de compromis, ou du moins si elle fait des compromis sur ses valeurs importantes, elle aurait beaucoup de difficultés à s’épanouir au travail. Par exemple, si elle considère que la famille est une valeur primordiale pour elle, elle aurait avantage à s’orienter vers une carrière qui lui permettrait de bien concilier le travail avec la vie familiale. Il en est de même pour un athlète qui considère le travail d’équipe comme étant l’un des éléments les plus importants pour lui; il pourra alors retirer des bénéfices à travailler au sein d’une compagnie qui vise un but commun et qui utilise les forces de tout un chacun.

En bref, il est toujours bénéfique d’amener les athlètes à prendre le temps de se poser les bonnes questions et à prendre du recul en ce qui concerne leur sphère professionnelle. Même si cela peut sembler confrontant, il est bien de prendre conscience de la fin inévitable de la carrière sportive et de bien s’y préparer, plutôt que de devoir y penser d’urgence pendant la transition d’après-carrière sportive. Prendre un moment pour stimuler la réflexion, c’est leur faire un cadeau pour l’avenir.

Conseillère d’orientation dans le secteur privé, elle a fait son baccalauréat en psychologie à l’UQTR, ainsi que sa maîtrise en sciences de l’orientation à l’Université Laval. Son rôle est d’amener les gens à prendre conscience de leur mode de fonctionnement et de les aider à mettre en place des stratégies qui augmentent le sentiment de bien-être au travail. Membre de l’Ordre des conseillers et conseillères d’orientation du Québec, elle détient également une expertise auprès des athlètes.
×
Conseillère d’orientation dans le secteur privé, elle a fait son baccalauréat en psychologie à l’UQTR, ainsi que sa maîtrise en sciences de l’orientation à l’Université Laval. Son rôle est d’amener les gens à prendre conscience de leur mode de fonctionnement et de les aider à mettre en place des stratégies qui augmentent le sentiment de bien-être au travail. Membre de l’Ordre des conseillers et conseillères d’orientation du Québec, elle détient également une expertise auprès des athlètes.