fbpx
Jeunes canadiens : travailler à l’étranger dans une réalité post-pandémique
Ressources et formations

Jeunes canadiens : travailler à l’étranger dans une réalité post-pandémique

Vous rêvez de travailler et de voyager dans un autre pays, mais vous craignez que cela ne soit pas possible en raison de la crise sanitaire mondiale actuelle? Ou peut-être vos étudiants sont-ils venus vous voir pour connaître leurs options après l’obtention de leur diplôme et les différentes façons de découvrir un autre pays sans se ruiner? Au moment où les projets de voyage sont interrompus, c’est l’occasion idéale de réfléchir et de s’informer des possibilités.

Les étudiants peuvent étudier leurs options et mener une réflexion sans frontières sur la façon de concrétiser leurs projets.
En tant que conseiller de confiance, vous pouvez aider vos étudiants à passer au crible la pléthore de renseignements disponibles. Bien que les voyages internationaux non essentiels ne soient pas recommandés en raison de la pandémie de COVID-19, cela n’empêche pas d’explorer les possibilités et de faire des plans. Tôt ou tard, on pourra recommencer à voyager – et il est temps de s’y préparer.

Nous savons que les jeunes passent des années à l’école pour acquérir les compétences spécialisées nécessaires à l’obtention des certificats, des diplômes, ou des grades de premier cycle ou de cycles supérieurs qui les aideront à passer à l’étape suivante de la vie adulte. Au Canada, cela signifie habituellement la recherche immédiate d’un emploi. Mais il ne faut pas sous-estimer la valeur des expériences internationales. Une expérience de travail et de voyage à l’étranger offre un potentiel important de croissance personnelle. Les jeunes peuvent se plonger dans un monde différent du leur, ce qui les aide à accroître leur sensibilisation aux cultures et leur compréhension de celles-ci, au-delà du simple tourisme. À l’étranger, ils peuvent même apprendre une nouvelle langue. Plus important encore, ils prennent conscience qu’ils ont de solides capacités, qu’ils savent s’adapter aux situations et qu’ils sont en mesure de résoudre des problèmes seuls.

Il existe également des avantages très concrets liés à l’employabilité. Selon un rapport de McKinsey & Company sur les jeunes en transition et le passage des études à l’emploi au Canada (Youth in Transition: Bridging Canada’s Path from Education to Employment [en anglais seulement]) à peine 44 p. 100 des jeunes Canadiens (âgés de 15 à 29 ans) et 34 p. 100 des employeurs estiment que les jeunes sont bien préparés pour le marché du travail d’aujourd’hui. Même si les jeunes peuvent posséder les connaissances techniques nécessaires, ce rapport indique qu’il leur manque souvent les compétences générales et culturelles que les employeurs recherchent.

Selon le Conseil canadien des affaires, au moment d’évaluer les embauches de premier échelon, les employeurs canadiens mettent l’accent sur les compétences suivantes : collaboration et esprit d’équipe, aptitudes en communication et en résolution de problèmes, entregent et compétences en relations interpersonnelles. Les employeurs insistent de plus en plus sur la nécessité de compter sur des diplômés qui savent faire preuve de ces compétences, souvent plus difficiles à acquérir dans un milieu traditionnel ou universitaire.

De nombreux jeunes Canadiens ne profitent pas des moyens et des programmes à leur disposition pour acquérir ces compétences, malgré les avantages qu’ils pourraient en tirer.

Un rapport publié récemment dans l’International Journal recommande que davantage de jeunes Canadiens fassent des expériences à l’étranger pour être mieux en mesure de contribuer à l’économie mondiale. Le programme Expérience internationale Canada du gouvernement fédéral représente une excellente option à explorer pour vos étudiants ou vos clients.

En quoi consiste Expérience internationale Canada?

Expérience internationale Canada (EIC) est un programme qui permet à des jeunes âgés de 18 à 35 ans d’obtenir des permis pour voyager et travailler à l’étranger. À l’origine un programme d’échange culturel établi après la Seconde Guerre mondiale entre l’Allemagne et le Canada, EIC gère aujourd’hui des ententes avec plus de 35 pays et territoires étrangers en Europe, en Extrême-Orient, en Océanie et dans les Amériques. Les permis de travail permettent aux jeunes Canadiens de travailler à l’étranger pour acquérir une expérience enrichissante ou pour les aider à financer leurs voyages. Les permis travail peuvent être valides pendant une longue période, selon le pays, ce qui facilite l’organisation des stages d’enseignement coopératif et d’internat. Compte tenu de la nature réciproque du programme EIC, les jeunes citoyens de ces pays ou territoires étrangers partenaires peuvent également faire de même au Canada.

Il existe deux types généraux de permis de travail : les permis de travail ouverts et les permis de travail liés à un employeur donné. Chacun a des avantages et des limites, mais offre en fin de compte de précieuses possibilités internationales. Dans le cas des permis de travail ouverts, les jeunes ne sont pas tenus d’avoir une offre d’emploi officielle avant de faire une demande de permis. Selon le pays, les jeunes peuvent travailler dans tout secteur et pour n’importe quel employeur pendant la durée de leur permis de travail.

Les permis de travail liés à un employeur donné nécessitent que les jeunes aient une offre d’emploi officielle avant de présenter une demande. Ces permis sont parfaits pour les stages d’enseignement coopératif et d’internat, ou pour les jeunes qui veulent être certains d’avoir un emploi avant de quitter le Canada.

Pour les deux types de permis de travail, chaque pays ou territoire a ses propres restrictions. Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez consulter le site www.canada.ca/iec.

Peu importe le type de permis de travail utilisé, ce type d’expérience immersive de travail et de voyage offre d’importants avantages. Les jeunes ont la souplesse nécessaire pour planifier et façonner une expérience adaptée à leurs objectifs futurs et à leurs ambitions, tant sur le plan individuel que professionnel.

À l’heure actuelle, le gouvernement du Canada recommande d’éviter tout voyage non essentiel à l’extérieur du Canada jusqu’à nouvel ordre. Comme tous les plans de voyage, qu’il s’agisse de déplacements pour affaires ou par agrément, sont suspendus en raison de la pandémie, c’est le moment idéal de faire des recherches approfondies. Consultez les conseils aux voyageurs, mettez de l’argent de côté et planifiez une expérience que vous pourrez vivre lorsqu’il sera de nouveau sécuritaire de voyager.

Mélanie est analyste des politiques pour Expérience internationale Canada (EIC) à Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada. Passionnée de voyages, son travail avec EIC est axé sur le marketing et la communication promotionnelle; elle fait ainsi connaître aux jeunes Canadiens les possibilités de travail et de voyage à l’étranger ainsi que les avantages qu’offrent de telles expériences.
×
Mélanie est analyste des politiques pour Expérience internationale Canada (EIC) à Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada. Passionnée de voyages, son travail avec EIC est axé sur le marketing et la communication promotionnelle; elle fait ainsi connaître aux jeunes Canadiens les possibilités de travail et de voyage à l’étranger ainsi que les avantages qu’offrent de telles expériences.
Latest Posts
  • Jeunes canadiens : travailler à l’étranger dans une réalité post-pandémique