Et la bouche... et les mains
Ressources et formations

Et la bouche et les mains!

528vues

Du fait que dans la formation initiale des conseillères et conseillers, les premières habilités ou compétences en counseling sont généralement acquises dans un contexte de relations qualifiées d’individuelles, duales ou de face à face, bien des conseillères et conseillers ont tendance à transférer littéralement ces habilités ou compétences lorsqu’ils abordent le counseling groupal soit : tout se centrer (oreilles, yeux et mains) sur la personne qui parle aussi appelée aidée, accompagner activement celle-ci (questions et gestes d’exploration et d’écoute, reformulations et reflets, etc.) la laissant aller jusqu’à la fin de son autodévoilement.  

Il en résulte que ce faisant dans un contexte groupal ces conseillères et conseillers font de l’individuel en groupe. Cela est sans doute fort apprécié –parce que, entre autres, familier– pour le membre en train de s’autodévoiler, mais devient long et fastidieux –voire démotivant– pour plusieurs des autres membres de ce même groupe. Alors, à brèves échéances, ces derniers se mettront à jouer ou à prendre des rôles nuisibles à l’exécution de la tâche ou à la dynamique du groupe comme : faire le distrait, jouer la victime, se donner en spectacle, rechercher de la considération, etc. (Limoges, 2014).  

Pour éviter de telles impasses malheureuses et antiproductives pour toutes les parties et sur tous les plans, j’ai développé (Limoges, 2001) pour le counseling groupal la maxime « rimette en eux » suivante :  

Les yeux aux silencieux,  

Les oreilles aux parleux. 

Or aujourd’hui, je propose d’y ajouter une troisième mini-strophe soit :  

La bouche et les mains aux deux. 

Je rends ainsi explicite les éléments bouche (parole) et mains (toucher) parce que cette nouvelle façon de faire s’éloigne de la norme conventionnelle –y compris en counseling individuel– soit celle de regarder la personne qui parle, parce que ce faisant cette personne a le sentiment d’avoir l’attention du conseiller (aidant) et d’être pleinement écoutée par celui-ci!  

Concrètement, avec cette troisième strophe ajoutée, cette maxime signifie que le conseiller, qu’il soit homme ou femme, indique verbalement et non-verbalement à la personne s’autodévoilant qu’elle a toute son attention, en particulier qu’il est tout ouïe pour elle (oreilles aux parleux) mais qu’il va régulièrement balayer du regard les autres membres (yeux et mains aux silencieux), voire les interroger à l’occasion, afin de s’assurer qu’ils écoutent/comprennent bien, démarche se manifestant principalement par leur non-verbal et, qu’en cas de doute, il pourrait l’interrompre verbalement ou non-verbalement dans son autodévoilement pour faire verbaliser ou expliciter un autre membre. Dans ces va-et-vient, le conseiller s’adresse donc aux deux, la personne parlante et la personne écoutante (bouche aux deux). 

Inévitablement, l’autodévoilement du premier membre sera interrompu, du moins provisoirement, mais en revanche cet autodévoilement sera ultimement enrichi de l’écoute vraiment active des autres membres, c’est-à-dire de leurs rétroactions lesquelles deviennent à leur tour des autodévoilements de la part de ceux-ci. Dans un contexte de counseling groupal, tout autodévoilement se fait en zigzag entre les membres, prend une dimension interpersonnelle et systémique augmentant pour autant sa qualité. 

GBMT 33

Professeur au Département d’Orientation professionnelle de l’Université de Sherbrooke durant plus de 25 ans, le pédagogue a brillé d’originalité pour former ses étudiants, souhaitant non pas les cloner, mais bien les mettre au monde en tant que conseillers. Sa différence est devenue référence, comme en témoignent les prix qu’il a remportés, la vingtaine d’ouvrages qu’il a publiés et les ateliers de formation qu’il a animés sur le counseling de groupe et sur l’insertion professionnelle. Depuis 2001, il n’a de retraité que le nom puisqu’il demeure très actif comme professeur associé. De plus, le prolifique auteur n’a pas rangé sa plume et le réputé conférencier manie toujours le verbe avec autant de verve et d’à-propos.
×
Professeur au Département d’Orientation professionnelle de l’Université de Sherbrooke durant plus de 25 ans, le pédagogue a brillé d’originalité pour former ses étudiants, souhaitant non pas les cloner, mais bien les mettre au monde en tant que conseillers. Sa différence est devenue référence, comme en témoignent les prix qu’il a remportés, la vingtaine d’ouvrages qu’il a publiés et les ateliers de formation qu’il a animés sur le counseling de groupe et sur l’insertion professionnelle. Depuis 2001, il n’a de retraité que le nom puisqu’il demeure très actif comme professeur associé. De plus, le prolifique auteur n’a pas rangé sa plume et le réputé conférencier manie toujours le verbe avec autant de verve et d’à-propos.