Des voies durables à la réintégration professionnelle
Marché du travailRessources et formations

Des voies durables à la réintégration professionnelle

482vues

Au cours de leur carrière, plusieurs travailleurs subiront des conséquences professionnelles à la suite d’un accident de travail ou de voiture, d’une maladie ou de toute autre situation les retirant temporairement du marché du travail. Ceux-ci seront alors contraints de revoir leurs objectifs professionnels et vivront certains deuils, comme celui de s’engager dans des projets plus ambitieux. Cependant, les malencontreux événements qui ennuagent un parcours professionnel peuvent fréquemment éclairer le chemin vers une nouvelle voie.  

Alors que certains ne parviennent plus à effectuer la manutention de charges qu’ils étaient pourtant en mesure d’exécuter aisément dans le passé, d’autres feront face à des difficultés psychologiques à la suite de circonstances de vie particulières, transformant chaque tâche en « montagne à escalader ». Certains parviendront difficilement à suivre le cours d’une conversation en raison d’un trouble sévère de concentration, tandis que d’autres devront canaliser leurs forces pour surmonter les douleurs avec lesquelles ils doivent composer.

Le travailleur qui se retrouve en arrêt de travail en raison d’une condition physique, psychologique ou cognitive a tout intérêt à recourir aux précieux soins et aux recommandations de professionnels de la santé afin d’être bien guidé sur le chemin du rétablissement. 

Peu importe la démarche adoptée, la plupart des individus en arrêt de travail suivent (directement ou indirectement) un plan de réintégration professionnelle. Ils reçoivent un diagnostic ainsi que des recommandations de traitements. Certains travailleurs prendront de la médication, d’autres consulteront des spécialistes (ergothérapeute, physiothérapeute, psychologue, kinésiologue, conseiller d’orientationafin d’optimiser leurs capacités et ainsi réduire les conséquences liées aux limitations fonctionnelles dont ils sont affligés 

Dans un processus de réintégration professionnelle où le travailleur reçoit une indemnisation financière pour son invalidité, le conseiller d’orientation sera en mesure d’évaluer son profil d’employabilité et de déterminer ses habiletés transférables en vue de trouver des emplois convenables. Cette analyse consiste tout d’abord à recenser tous les emplois et les activités réalisées par le travailleur (activités sociales, bénévolat, loisirs) ainsi que les études complétées ou non. Ensuite, il fera une liste de toutes les fonctions exercées par le travailleur et éliminera celles qu’il n’est plus en mesure d’exercer. Le but est de cibler des types d’emplois compatibles. 

Dans bien des cas, le conseiller est en mesure de fournir des pistes d’exploration en cohérence avec les intérêts et le profil de personnalité du travailleur et qui s’arriment à sa nouvelle réalité. Certains critères doivent également être pris en compte dans l’identification de nouvelles avenues tels que les capacités résiduelles, le salaire recherché, les perspectives professionnelles etsurtout, l’engagement et les stratégies d’adaptation du travailleur dans la planification et l’atteinte de ses objectifs.  

D’autres avenues telles que le retour aux études, l’intégration à un stage et le bénévolat constituent également d’excellentes façons de réintégrer progressivement le marché du travail. Voici des exemples de réintégration professionnelle que le travailleur peut emprunter et où le conseiller d’orientation est en mesure d’offrir un accompagnement : 

  •  Le retour au travail régulier chez le même employeur, dans le même poste, dans la mesure où la condition est consolidée et que le travailleur a une aptitude pour le retour au travailLe retour progressif est souvent prescrit pour favoriser les chances de réussite. Il est parfois possible d’adapter ou d’accommoder le poste de travail afin de pallier aux limitations/restrictions à l’emploi.  
  • Le retour au travail chez le même employeur, dans un autre poste/ service / fonctionsCette option permet au travailleur de s’intégrer dans de nouvelles fonctions, tout en demeurant dans son milieu de travail avec la culture organisationnelle qu’il connaît.
  • Le retour au travail chez un nouvel employeur (à temps partiel ou à temps plein), soit un retour dans un emploi similaire ou différent de ce que le travailleur faisait, mais au sein d’une nouvelle organisation. On voit fréquemment ce scénario dans des circonstances où les tâches et responsabilités correspondent à l’objectif de carrière du travailleur, mais que l’environnement ne convient plus. Le conseiller d’orientation peut alors fournir des outils au travailleur pour lui permettre de se préparer et de chercher un emploi (rédaction d’un CV, de documents de présentation, simulation d’entrevues, etc.)
  • La coordination d’un stage en milieu de travail ou l’intégration à des activités bénévoles. Un programme ou un horaire bien structuré et encadré permet l’atteinte des objectifs suivants : acquérir de nouvelles connaissances ou compétences, reprendre confiance en ses moyens ainsi qu’en son estime personnelle, se familiariser à nouveau avec une routine de travail et regagner en force et en capacités fonctionnelles.
  • Le retour aux études. Il est possible de réintégrer le marché du travail par la voie de la formation et ce, qu’elle soit de courte durée (formation continue, perfectionnement)de durée moyenne (certificat, DEP) ou de plus longue durée (DEC, BAC, etc.).
  • Le démarrage/achat d’entreprise ou tout projet entrepreneurial. Cette option requiert que le travailleur ait le profil, l’expérience ou les ressources pour y parvenir. 
  • Le projet de retraite. Certains choisissent de se retirer du marché de travail, mais de s’impliquer différemment en ayant des projets de retraite – les aidant à continuer de se réaliser sur le plan personnel/professionnel. 

En bref, la période d’arrêt de travail pour cause de maladie est un moment non planifié, mais pourtant tout indiqué pour faire le bilan et la consolidation de ses acquis, s’ouvrir à de nouveaux horizons professionnels et se définir autrement. Cette période à l’écart du bruit et des sources de distractions habituels, peut devenir une occasion unique de mise au point et d’exploration de nouveaux champs d’intérêts. Elle offre l’opportunité d’y voir plus clair et ainsi, de mieux structurer son avenir.  

Mélanie Grégoire est co-présidente / co-propriétaire de la firme BrissonLegris. Elle est titulaire d’une maîtrise en sociologie spécialisée en réintégration professionnelle, certifiée RVP (Registered Vocational Professionnel). Elle compte plus de 20 ans d’expérience en réadaptation/réinsertion professionnelle et en gestion des invalidités. Elle est co-auteur de trois publications : Tracez votre destinée professionnelle – 2007 (Éditions UMD), À la santé de votre retour au travail – 2009 (Éditions UMD) et La Destination de l’emploi – 2013 (Création Brillo). Elle est actuellement membre du conseil d’administration de l’Association québécoise des professionnels du développement de carrière (AQPDDC).
×
Mélanie Grégoire est co-présidente / co-propriétaire de la firme BrissonLegris. Elle est titulaire d’une maîtrise en sociologie spécialisée en réintégration professionnelle, certifiée RVP (Registered Vocational Professionnel). Elle compte plus de 20 ans d’expérience en réadaptation/réinsertion professionnelle et en gestion des invalidités. Elle est co-auteur de trois publications : Tracez votre destinée professionnelle – 2007 (Éditions UMD), À la santé de votre retour au travail – 2009 (Éditions UMD) et La Destination de l’emploi – 2013 (Création Brillo). Elle est actuellement membre du conseil d’administration de l’Association québécoise des professionnels du développement de carrière (AQPDDC).
Latest Posts
  • Des voies durables à la réintégration professionnelle