fbpx
Préposé
Ressources et formations

Préposés(es)

Le débat présentement en cours quant à la pénurie de préposés(es) aux bénéficiaires (PAB) dans les CHSLD nous interpelle tout particulièrement à titre d’intervenants(es) en développement de carrière. Il y a lieu de réfléchir sur cette problématique afin de mieux répondre aux personnes qui nous questionneraient à ce sujet.1

Ce que nous enseigne l’histoire

Ainsi, il est très instructif – et troublant – de voir qu’à travers l’histoire et jusqu’à aujourd’hui les principales stratégies utilisées pour gérer de telles pénuries de main-d’œuvre, particulièrement en vue de combler des fonctions ou des postes peu attrayants pour des raisons comme la salubrité (ex.: sanitaires, soins corporels), la pénibilité (ex.: extractions minières, récoltes), la charge émotionnelle (ex.: maladies contagieuses, accompagnement en fin de vie), le peu de qualification requise ou le manque de prestige (ex.: paires de bras), etc. Voici douze ordres de stratégies; autant d’injonctions et d’argumentaires bien ciblés.

JLimoges1

Selon que les stratégies sont imposées (déterminées) ou choisies, négatives ou positives, elles peuvent être agencées pour constituer un grand V; la branche gauche représentant les stratégies minimalistes voire même plus ou moins avilissantes psychologiquement donc avec une propension négatives (plus le point s’éloigne du centre, plus ce verdict est élevé) alors que la branche droite de ce V regroupe les stratégies perçues comme actualisantes et optimalisantes donc comme étant en principe plus ou moins positives.

JLimoges2

Évidemment, ce tableau reflète la vision élémentaire et simplifiée d’un observateur externe. Ainsi, le « camp de concentration » est donné comme exemple à titre de stratégie imposée certes, mais surtout en tant que stratégie très négative. Pourtant les Anne FRANK et Martin GREY ont témoigné du caractère positif de cette expérience « de travail », tout au moins après un certain recul! De même, la stratégie d’ordre héréditaire est indiquée comme très positive alors que ces dernières années, un prince nommé HENRY a exprimé publiquement son désarroi quant à la fonction de duc! Dans de tels cas, ces deux branches se referment vers le centre.

Et puis, il y a ce dicton entendu personnellement chez un réfugié de la mer (boat people) : « Quand on ne peut faire ce que l’on aime, on peut toujours aimer ce que l’on fait », dicton qui, dans une certaine mesure, reflète bien notre travail en développement de carrière; soit celui de rendre significative – donc plus positive – une situation de travail apparaissant dans un premier temps comme négative, par exemple, lorsqu’on accompagne une personne avec un handicap intellectuel dans une pratique occupationnelle. Pour ce faire, nous avons entre autres recours à des approches systématiques comme celle tenant compte de l’ensemble des retombées du travail et de leur étalement sur les divers sous-projets de vie tels que proposés par GOGUELIN et KRAU (1982) : projet économique (besoin d’avoir), projet social (besoin de pouvoir), projet affectif (besoin d’aimer) et projet de développement personnel (besoin d’être).

De nos jours; le diplôme plancher

Il est à noter que les stratégies classées au départ comme négatives sont encore largement utilisées de nos jours. Ainsi, une vision économiste de l’éducation au Québec fait ressortir le fait que l’exigence d’un diplôme de 5e secondaire génère une main-d’œuvre bon marché qui n’a guère d’autres choix pour survivre que d’assumer des emplois non qualifiés, souvent précaires, et pour qui les savoirs lire/écrire/compter acquis durant ces 11 années de scolarité sont davantage utiles pour gérer leur exclusion (assurance-emploi, « bien-être social », etc.) que pour assumer leur inclusion socioprofessionnelle!

Et il en est de même pour de nombreux préalables exigés à l’admission dans certaines filières, surtout dites contingentées, alors que la pertinence scientifique de tel ou tel préalable est souvent faiblement voire nullement démontrée. Ainsi, on exige ici des « notes fortes en maths » pour aller en médecine alors qu’en Chine cette exigence n’est nullement requise comme l’a constaté le Dr. LAZURE, ex-politicien et ex-président de la Société Canada-Chine lors d’une mission dans cet « empire du milieu »! En revanche, toujours au Québec, les recherches de l’équipe du linguiste Gérard-Rayon ROY révèlent que la maîtrise du français écrit est le meilleur prédicteur d’une formation médicale complétée.

Enfin, pour s’assurer d’un bon clivage de la main-d’œuvre7, le diplôme « plancher » est modifié au besoin. Ainsi, au début de l’ère industrielle, il fut établi à une 9e année alors que ces dernières années, marquées par une pénurie généralisée de main-d’œuvre, il fut mis quelque peu entre parenthèses8 ou atténué par des reconnaissances d’acquis. En revanche, en France dans les années 80, on a eu recours à la promotion du Bac plus 2 (donc 14 années de scolarité) pour, à court terme, contrer un haut taux de chômage et pour, à moyen terme, mieux affronter l’ère post-industrielle.

Quoiqu’il en soit, il est clair que dans le présent débat quant à une pénurie de PAB, toutes les stratégies imposées sont inacceptables tant par les personnes concernées que par les décideurs et toute la collectivité.

Miser sur les retombées du travail ou approche carriérologique

Au risque de me faire accuser d’avoir une idée fixe9, je crois que les sept retombées du travail peuvent être également un atout important dans la résolution de ladite pénurie d’autant plus que certaines d’entre elles sont déjà mises de l’avant par divers décideurs : gouvernement, syndicats, associations professionnelles.

JLimoges3

Changer d’appellation

Le dictionnaire définit Préposé(e) comme une personne qui accomplit une fonction déterminée, généralement subalterne. L’équivalent anglais, soit « employee », me semble encore plus flou! Cependant, comme le démontre le Dictionnaire Septembre des métiers et professions, cette appellation est largement répandue dans de multiples secteurs : préposé à l’emballage, préposé à l’équipement de sport, préposé au traitement des données, etc.  En Europe, les PAB sont appelés des aides-soignants(es).

Des éléments trouvés ici et là dans divers prospectus sur Internet permettent cependant de mieux cerner la tâche des PAB : Le PAB aide les bénéficiaires ayant des besoins de base en matière de toilettage et de pansement, et administre des médicaments. Tout au long de ces tâches de routine, il maintient la relation avec le bénéficiaire en gardant un œil sur tout changement dans son état physique, émotionnel ou mental. Il communique le statut du bénéficiaire, surtout les changements, périodiquement à un superviseur immédiat. L’histoire, encore une fois, nous indique qu’un changement d’appellation peut devenir une source de fierté et faire œuvre de conscientisation. On qu’à penser aux croque-morts qui tour à tour sont devenus embaumeurs puis thanatologues. Aujourd’hui, ils font l’objet d’une téléréalité, Les croque-morts!


Références :
[1] Au moment de publier ce billet, l’assassinat de l’Afro-américain George FLOYD faisant mondialement les manchettes, il importe donc de bien différencier les deux propos, soit celui d’une pénurie chronique de main-d’œuvre et celui du racisme systémique. (NDLR)

[2] Si l’esclavagisme existe depuis le début des temps (par exemple, il était pratiqué sous les pharaons et l’Ancien testament en fait mention), les historiens s’entendent pour dire qu’il a pris une tournure nettement raciale lorsqu’au 15e siècle il fut convenu dans le monde civilisé d’alors (Europe et Moyenne orient) que les esclaves ne devaient pas être, lors de leur capture, musulmans ou chrétiens. On se tourna alors vers l’Afrique noire pour trouver de tels sujets et, pour justifier un tel comportement, le philosophe Engels employa l’expression « stade inférieur » alors que le Pape Nicolas V émit une bulle en 1492 autorisant une telle traite justifiée par le paganisme!

[3] À cause de leur carrure (les hommes) et de leur haut taux de fécondité (les femmes), les esclaves noirs furent très prisés pour les plantations de cannes à sucre à Cuba  et en Louisiane. Lors de mes séjours en Guyane, Guadeloupe et Louisiane, je me suis longuement intéressé à la question de l’esclavage : lectures, visites de musées, échanges avec des descendants d’escales, etc.

[4] Au départ, par exemple en Allemagne et en Russie, les camps de concentration furent créés pour avoir une main-d’œuvre gratuite afin de contribuer à des efforts de guerre. En Allemagne cependant, la très grande majorité de ces camps fut par la suite transformée en camps d’extermination.

[5] Une expérience fut menée avec succès dans des alpages des Pyrénées, soit celle de confier lors de la période de transhumance des troupeaux de moutons à des personnes amorçant une désintoxication.

[6] Au sens premier du terme donc religieux.

[7] En sociologie, on parle de classes socioéconomiques.

[8] Voir entre autres Lemoine, G. Recruter autrement. Paris : L’Harmattan.

[9] Je dis souvent que ces 7 retombées sont pour les conseillères et conseillers en développement carrière ce que le stéthoscope est au médecin : celui-ci le porte toujours autour de son cou près à l’utiliser à tout moment.

[10] Pour ce faire, une relecture de Working de S. Turkel est de mise.

Professeur au Département d’Orientation professionnelle de l’Université de Sherbrooke durant plus de 25 ans, le pédagogue a brillé d’originalité pour former ses étudiants, souhaitant non pas les cloner, mais bien les mettre au monde en tant que conseillers. Sa différence est devenue référence, comme en témoignent les prix qu’il a remportés, la vingtaine d’ouvrages qu’il a publiés et les ateliers de formation qu’il a animés sur le counseling de groupe et sur l’insertion professionnelle. Depuis 2001, il n’a de retraité que le nom puisqu’il demeure très actif comme professeur associé. De plus, le prolifique auteur n’a pas rangé sa plume et le réputé conférencier manie toujours le verbe avec autant de verve et d’à-propos.
×
Professeur au Département d’Orientation professionnelle de l’Université de Sherbrooke durant plus de 25 ans, le pédagogue a brillé d’originalité pour former ses étudiants, souhaitant non pas les cloner, mais bien les mettre au monde en tant que conseillers. Sa différence est devenue référence, comme en témoignent les prix qu’il a remportés, la vingtaine d’ouvrages qu’il a publiés et les ateliers de formation qu’il a animés sur le counseling de groupe et sur l’insertion professionnelle. Depuis 2001, il n’a de retraité que le nom puisqu’il demeure très actif comme professeur associé. De plus, le prolifique auteur n’a pas rangé sa plume et le réputé conférencier manie toujours le verbe avec autant de verve et d’à-propos.