fbpx
samedi, 21 septembre, 2019
L’évaluation spécialisée de l’autonomie socioprofessionnelle. Pourquoi?
Marché du travail

L’évaluation spécialisée de l’autonomie socioprofessionnelle. Pourquoi?

428vues

Toute jeune, j’avais comme rêve de devenir psychologue. La réalité m’a rattrapée lors de ma première session d’université. La neuropsychologie, ce n’était pas pour moi! Je décide tout de même de compléter le baccalauréat et je fais ensuite la transition vers les sciences de l’orientation. J’ai eu à renouveler ma vision de mon futur professionnel que j’entretenais en pensée depuis plus de dix ans. C’est lorsque j’ai commencé à faire de l’évaluation socioprofessionnelle, telle que citée dans le titre de cet article, que j’ai réalisé que j’avais trouvé ma place. C’est la raison pourquoi j’ai tenu à rédiger un texte qui vous permettrait, chers collègues, de découvrir davantage cette branche de notre pratique que j’apprécie grandement.

L’apport des c.o.

Petit rappel du descriptif du champ d’exercice des c.o. (Guide explicatif du projet de loi no 21) :

« Évaluer le fonctionnement psychologique, les ressources personnelles et les conditions du milieu, intervenir sur l’identité ainsi que développer et maintenir des stratégies actives d’adaptation dans le but de permettre des choix personnels et professionnels tout au long de la vie, de rétablir l’autonomie socioprofessionnelle et de réaliser des projets de carrière chez l’être humain en interaction avec son environnement. »

Cette intervention peut concerner les personnes éloignées du marché du travail, comme des gens qui se sont égarés dans les dernières années, alors qu’ils étaient auparavant très fonctionnels. Par exemple, un jeune adulte qui préfère jouer aux jeux vidéo et qui sort seulement la nuit car il « n’aime pas les gens » (ce sont ses propres mots). Une proche aidante depuis plus de dix ans qui voudrait travailler à l’extérieur mais qui ne peut laisser ses parents seuls pendant plus de deux heures. Une mère monoparentale qui est libre de 9 h à 14 h seulement et qui a envie d’aider les autres malgré son peu de scolarité. Un quadragénaire instable professionnellement, non pas parce qu’il est mis à pied mais parce que les tâches l’ennuient rapidement.

Par où commencer?

Un agent d’aide à l’emploi de Services Québec (anciennement Emploi-Québec) qui n’est pas en mesure de conclure ou de statuer sur les facultés de la personne à occuper une fonction, ni de convenir d’un plan d’intervention, la réfèrera vers une ressource externe en employabilité (c’est moi ça!). Les CLE offrant plusieurs services, l’évaluation permettra de démêler les besoins et de savoir par quoi et quand poursuivre l’aide offerte.

En effet, cette intervention a pour objectif de rendre la personne affranchie (autonome). En fait, je cherche à construire avec mon client son « plan de match ». Pour ce faire, je dois recenser les évènements autant personnels que professionnels de la personne. En effet, les obstacles peuvent être de toute nature : médicale, relationnelle, sociale, affective, occupationnelle et événementielle. Ce suivi prendra normalement plusieurs séances et des tests psychométriques évaluant la personnalité seront entre autres utilisés au cours du processus.

À partir de cet inventaire, je mettrai ensemble les « pièces du casse-tête » du passé de mon client, pour en arriver à faire un bilan et un constat global. S’agit-il d’une période précise dans sa vie où il se sent perdu ou est-ce plutôt un « pattern » qui se retrouve également dans les autres sphères de vie?

Le cheminement vers l’emploi

L’objectif visé est de recommander un parcours à l’agent d’aide à l’emploi. Il peut aussi être possible de dire « mon avis est que mon client n’est pas en mesure d’entreprendre, dès maintenant, un cheminement vers l’emploi ». Je pourrai alors conseiller une réorientation, un suivi médical, une désintoxication, un bilan des compétences, ou toute autre étape, dépendamment du besoin constaté. Je suggérerai une ressource ou un service adapté et présenterai une progression des escales à franchir pour un retour optimal au travail.

En résumé

Cette analyse psychosociale vise à identifier : le potentiel et les obstacles de la personne; évaluer la capacité à intégrer un emploi et à s’y maintenir; formuler des recommandations sur les démarches appropriées; et suggérer un type d’emploi approprié ou des conditions de travail facilitatrices.

Ce que j’apprécie de l’évaluation spécialisée de l’autonomie socioprofessionnelle, c’est d’avoir le temps de faire la ligne de vie de mon client, de lui relever ses forces et de dénouer avec lui ce qui se passe dans sa vie actuelle et de lui proposer des solutions. Je lui démontre que je crois en ses capacités et en ce sens, je touche directement à son estime de soi. Chers collègues, je sais que vous connaissez bien ce sentiment de satisfaction, cette impression d’avoir fait une différence dans la vie de quelqu’un.

Jacinthe Morissette est titulaire d’un baccalauréat en psychologie et d’une maîtrise en sciences de l’orientation. Elle est conseillère d’orientation et membre de l’Ordre des conseillers et conseillères d’orientation du Québec depuis 2012. Elle exerce actuellement chez Groupe Priorité Travail, un organisme en employabilité à Laval depuis 2015, où elle est la coordonnatrice de l’évaluation spécialisée de l’autonomie socioprofessionnelle. Elle a auparavant œuvré au Service correctionnel du Canada en tant qu’agente de libération conditionnelle et agente de programmes correctionnels auprès des délinquants sexuels.
×
Jacinthe Morissette est titulaire d’un baccalauréat en psychologie et d’une maîtrise en sciences de l’orientation. Elle est conseillère d’orientation et membre de l’Ordre des conseillers et conseillères d’orientation du Québec depuis 2012. Elle exerce actuellement chez Groupe Priorité Travail, un organisme en employabilité à Laval depuis 2015, où elle est la coordonnatrice de l’évaluation spécialisée de l’autonomie socioprofessionnelle. Elle a auparavant œuvré au Service correctionnel du Canada en tant qu’agente de libération conditionnelle et agente de programmes correctionnels auprès des délinquants sexuels.