fbpx
Le recadrage selon Épictète… ou l’Art millénaire d’être optimiste
Ressources et formations

Le recadrage selon Épictète… ou l’Art millénaire d’être optimiste

De toutes les illusions, la plus périlleuse consiste à penser qu’il n’existe qu’une seule réalité. (Watzlawick1921-2007) 

Pour Épictète (50-130 après J.-C.) : Ce qui trouble les hommes, ce ne sont pas les choses, mais les opinions qu’ils en ont. Ce court billet vise à partager quelques stupéfiantes techniques (re)découvertes à l’occasion de ma quête de réponses à : Comment se fait-on du bien depuis 6000 ans, sans comprendre comment ça marche? Le billet précédent abordait la logique de Marc-Aurèle pour accompagner à faire face. Cette fois : le recadrage, technique fondamentale d’accompagnement pour susciter d’autres perceptions, attitudes ou options chez un client, en rétroagissant tout en changeant le contenu, le contexte ou le sens d’une situation ou d’un comportement, tout en respectant le cadre du client (son expérience, sa réalité ou sa vie imaginaire). Recadrer, est-ce une reformulation enrichie de créativité et d’alternatives positives? Remontons le temps.

Épictète et la représentation inadaptée

En quoi le savant Épictète, mort depuis 2000 ans, serait utile à un client prisonnier d’une perception inadaptée? Le rôle des perceptions n’est plus à démontrer. Épictète, stoïcien tel Marc-Aurèle, cultivait cette attitude face à la vie : nous n’avons pas le contrôle de tout ce qui nous affecte, mais nous pouvons gérer la manière de voir les choses. Ce que les neurosciences modernes valident.

Fils d’esclave, par un concours de circonstances Épictète pu étudier et fut libéré. Il s’est consacré à la philo. La notion de représentation est au cœur de la psycho d’Épictète. Par ailleurs, les thérapies cognitives modernes reposent sur des conceptions psychologiques développées par Épictète, telle celle du psychiatre américain Aaron Beck, pour qui les conduites dysfonctionnelles des individus, les pathologies et problématiques psychologiques sont le fruit de processus représentationnels inadaptés ou contre-productifs. Gratitude Épictète!

Dans le rétroviseur s’alignent nombre de travaux dédiés au recadrage, dont ceux d’Erickson, de Bandler et Grinder, de Beck, de Watzlawick, etc. Les curieux reliront ces auteurs avec bonheur. C’est avec l’École Palo Alto que Watzlawick a opérationnalisé le concept de recadrage ainsi : «modifier le contexte conceptuel ou émotionnel d’une situation, ou le point de vue selon lequel elle est vécue, en la plaçant dans un autre cadre, qui correspond aussi bien ou même mieux aux faits de cette situation concrète, dont le sens par conséquent change complètement».

Donc, recadrer sert à accompagner un client qui souhaite changer… bien que dans les faits, rien n’a changé, hormis sa perception!

Deux hommes regardent par une fenêtre de prison : l’un voit les barreaux, l’autre, les étoiles. (Anonyme)

Protocole simplifié

Recadrer implique de postuler qu’un humain peut, par sa pensée, modifier son attitude ou sa façon de voir, et qu’en modifiant sa perception il agira différemment, et se libérera du piège où il s’enlise. Quoi recadrer? Essentiellement trois choses : contenu, contexte, sens. Quand recadrer? Lorsque l’occasion s’y prête. Puisqu’il s’agit d’envisager les situations sous de nouveaux angles, recadrons sans retenue.

Exemple : Gabriel

Dans notre société, la perspective d’échouer est perçue comme mauvaise. Bien qu’échouer soit l’occasion d’apprentissages, l’éventualité d’échouer se traduit en peur de décevoir ou en peur de perdre de sa valeur.

Revu dernièrement, le client Gabriel regrette un temps des Fêtes… festif. Il s’en veut de ne pas avoir fréquenté le gym : «C’est raté. Je perdrai jamais ma bedaine. Dans ma famille on est gros.» «Gym, régimes, ça marche pas. Je perdrai jamais les 30 kilos qui m’empêchent d’être au top.» Imaginons notre nouvel ami Épictète recadrer la situation décrite.

CONTENU 

CONTEXTE 

SENS 

Perdre des kilos? Un de perdu 10 de retrouvés. Plutôt les brûler!  3 semaines sans gymà l’échelle d’une vie c’est une pause.  C’est humain de prendre une pause du travail.  

Le recadrage puise sa force lorsqu’il est employé intentionnellement en relation d’aide. Imaginons notre nouvel ami Épictète, recadrer en désirs, les peurs de Gabriel.

Gabriel recadre ses PEURS en DÉSIRS 

J’ai peur que mon abonnement au gym soit encore de l’argent gaspillé.  Je désire investir dans mon potentiel et ma santé. 
J’ai peur qu’on me juge paresseux.  Je désire m’aimer tel que je suis. 
J’ai peur qu’on me rejette.  Je désire tisser des liens. 

Gabriel pourrait-il envisager «son échec» autrement? OuiPar exemple : 

J’ai pris une pause et cette pause est une étape vers mon but. J’ai mangé du gâteau et bu des bières durant les Fêtes. J’ai revu les amis. Ça m’a fait du bien. Là, je me remets en selle. J’accepte de déraper des fois. Je suis humain. Je comprends mieux mon besoin de pauses. Il n’y a pas qu’une seule façon de faire. Je reconnais que l’échec fait naturellement partie de la vie. Je choisis d’être bienveillant envers moi. Je me félicite des saines habitudes quotidiennes intégrées depuis septembre. 

Conclusion

Recadrer est un Art qui requiert un grand nombre de compétences pour changer le cadre de référence, stimuler le doute créatif, amener le client à aborder la situation sous d’autres angles, pour multiplier les options et embrasser le changement. Bien que ce court texte ne rende pas justice au recadrage, en revisiter l’origine et ses principes va de soi dans nos métiers qui incitent à apprendre tout au long de la vie.

Recadrons pour augmenter les capacités d’agir et épargner des souffrances au client prisonnier d’une perception qui ne le sert plus, pour qu’il quitte cette spirale, et convertisse malaise ou énigme, en avantage ou réponse, et s’écrie, tel l’ingénieux Archimède (287-212 av. J.-C.)… Eurêka!

 

 

Références principales

  • Bandler, R., Grinder, J. (2005). Le recadrage. Paris : InterEditions.
  • Beck, A.T. (1997). The integrative Power of Cognitive Therapy. NY: Guilford Press.
  • Desclaux, M. (2018). Archimède, Média de l’histoire, 27 novembre : heredote.net.
  • d’Ortun, F. (2016). Comment on se fait du bien depuis 6,000 ans sans comprendre comment ça marche. Manuel scientifique.
  • d’Ortun, F. (2016). Relation d’aide. Documentation du cours enseigné à l’Université.
  • Roche, C., Barrere, J.-C. (2014). Épictète. Manuel. France : Nathan.
  • Watzlawick, P. (1978). La réalité de la réalité. Paris : Seuil.
Apprenante à vie, passionnée par les voyages immersifs, le jugaad et la magnanimité, la Dre Francine d’Ortun PhD est professeure-chercheure honoraire d’Université, consultante sénior et coach certifiée, vouée depuis 35 ans à l’accompagnement individuel (counseling de carrière, réadaptation, SST), à la consultation auprès d’entreprises, et à l’enseignement-recherche (professionnalisation, éthique, compétences des métiers de l’aide). Outre 60 conférences à l’international, elle signe 50 articles et chapitres scientifiques, 30 rapports de recherche et des dizaines de documents tout public (manuels, chroniques, etc.). Sa mission : apaiser, mettre au jour le potentiel des personnes et des organisations, par la recherche, la formation et l’accompagnement holiste.
×
Apprenante à vie, passionnée par les voyages immersifs, le jugaad et la magnanimité, la Dre Francine d’Ortun PhD est professeure-chercheure honoraire d’Université, consultante sénior et coach certifiée, vouée depuis 35 ans à l’accompagnement individuel (counseling de carrière, réadaptation, SST), à la consultation auprès d’entreprises, et à l’enseignement-recherche (professionnalisation, éthique, compétences des métiers de l’aide). Outre 60 conférences à l’international, elle signe 50 articles et chapitres scientifiques, 30 rapports de recherche et des dizaines de documents tout public (manuels, chroniques, etc.). Sa mission : apaiser, mettre au jour le potentiel des personnes et des organisations, par la recherche, la formation et l’accompagnement holiste.